Monthly Archives: April 2019

« Un drame dans les airs » de Jules Verne : «  nous aborderons au Soleil »

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

cette courte nouvelle de Jules Verne est une de celles qui m’a le plus impressionné. Elle est ici sur Wikisource :

https://fr.m.wikisource.org/wiki/Un_Drame_dans_les_airs

j’avais rédigé cet article à son propos :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/04/26/themes-ascensionnels-un-drame-dans-les-airs-de-jules-verne/

Mais il ne faut pas prendre le récit au pied de la lettre, j’en suis maintenant persuadé.

Le narrateur est un àerostier, un sportif qui pratique les ascensions en ballon. Mais ce jour là, un passager clandestin:

« Quand je me relevai, je me trouvai face à face avec un voyageur imprévu, le jeune homme pâle. »

qui est fou, selon le récit qui en est fait , se glisse dans la nacelle. Ce jeune homme fou semble obsédé par l’idée de monter toujours plus haut, et pour cela de jeter par dessus bord toujours plus de « lest », afin d’alléger le poids total et de monter. Il continue ainsi

« Une  fois à terre, nous nous expliquerons…

View original post 926 more words

Advertisements

« Le Temps est mort et nous allons à son convoi »

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

Le « club des haschichins » de Théophile Gautier est un des récits qui m’a le plus ensorcelé:

https://fr.m.wikisource.org/wiki/Romans_et_Contes_de_Théophile_Gautier/Le_Club_des_Haschischins

«NE CROYEZ PAS AUX CHRONOMÈTRES

En revenant à moi, je vis la chambre pleine de gens vêtus de noir, qui s’abordaient d’un air triste et se serraient la main avec une cordialité mélancolique, comme des personnes affligées d’une douleur commune.

Ils disaient :

« Le Temps est mort ; désormais il n’y aura plus ni années, ni mois, ni heures ; le Temps est mort, et nous allons à son convoi.

— Il est vrai qu’il était bien vieux, mais je ne m’attendais pas à cet événement ; il se portait à merveille pour son âge, ajouta une des personnes en deuil que je reconnus pour un peintre de mes amis.

L’éternité était usée, il faut bien faire une fin, reprit un autre.

— Grand Dieu ! m’écriai-je, frappé d’une idée subite, s’il n’y…

View original post 299 more words