Monthly Archives: July 2017

Henri Verneuil : Le président (1961, avec Jean Gabin)

Advertisements

VOLOGNE : la Mort plane sur eux tous, sur Nous tous

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

Ainsi, le juge Lambert, miné par l’Affaire Gregory , dont il avait dit en 1984 que “le diable se nichait à l’intérieur” , s’est suicidé:

http://www.leparisien.fr/faits-divers/mort-du-juge-lambert-au-mans-son-entourage-sous-le-choc-13-07-2017-7130775.php

Ceci est un terrible avertissement sur la France macronienne, celle de la réussite et du profit , à laquelle la France mitterandienne, celle des années 80, qui voulait “changer la vie” (quelle bêtise) passe ainsi la main (morte, pourrie).
Pendant que quelques illuminés voulaient (sincèrement ?) “changer la vie”, la vie telle qu’elle est et sera toujours continuait dans les ténèbres glacées des Vosges sa ronde de Mort.
Qui nous concerne tous : car “nihil à me alienum puto”
Et John Donne défend l’idée du suicide:

http://www.frenchpeterpan.com/article-29340351.html
lui dont on connaît grâce à Hemingway, le beau poème “nul homme n’est une île “:

https://schabrieres.wordpress.com/2010/01/05/john-donne-aucun-homme-n’est-une-ile-no-man-is-an-island-1624/
Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une…

View original post 143 more words

Orgasme et caractère fini de l’existence humaine

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

L’un des aspects les plus intéressants du livre de Denis Moreau “Mort où est ta victoire?” que je n’ai pas assez développé concerne la proximité de l’orgasme, base fondamentale du plan vital et qui est appelé “petite mort”, et de la mort conçue comme fin de la vie. Denis Moreau cite Georges Bataille, dont les lignes sur le cimetière de Trèves dans “Le bleu du Ciel” pourraient être rappelées ici :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/08/14/george-bataille-le-bleu-du-ciel-1935-le-jour-des-morts/

Nous étions liés l’un à l’autre, mais nous n’avions plus le moindre espoir. A un tournant du chemin, un vide s’ouvrit au dessous de nous. Étrangement, ce vide n’était pas moins illimité, à nos pieds, que le ciel étoilé sur nos têtes. Une multitude de petites lumières, agitées par le vent, menaient dans la nuit une fête silencieuse, inintelligible. Ces étoiles, ces bougies, étaient par centaines en flammes, sur le sol; le sol où s’alignait la foule…

View original post 616 more words